Nous sommes le 04 octobre, jour de ma rentrée sur ce blog.  En tout cas j'ai passé des merveilleuses vacances à visiter des endroits somptueux, des lieux où je ne m'imaginais jamais mettre pied. Très loin de ma ville d'Amiens , je me retrouvais,  seul noir à me baigner, à me promener au bord des plages. J'avais toujours mon hebdomadaire d'information  " Le Point " qui me tenait au courant de la situation politique et économique que connaissait le pays : De l'affaire Woerth-Bettencourt, en passant par la mésentente Sarkozy-Fillon, sans oublier les manifestations contre la loi sur les reformes des retraites, les Roms...tout y passe !

  Me voici encore revenu à mon exercice préféré, l'écriture. Cette écriture qui m'a fait connaître lorsque j'obtins le  prix " le printemps des poètes " organisé par le Centre Culturel Français de Brazzaville , nous sommes en mars 1994. Depuis là, l'inspiration, née d'un choc ne m'a plus quittée. Le Journal La Rue meurt de Brazzaville entreprit par la suite  de publier   mes poèmes, Radio-Congo par la voix de son journaliste Jean-Claude Koutana déclamait mes vers à l'antenne. Le journal des collégiens et Lycéens qui s'appelait " NGOUVOU "  encouragea  ma démarche en publiant de temps en temps mes strophes. A cette époque, si la littérature ne nourrissait pas son homme, moi par nature je n'avais pas faim !

   Les vacances m'ont permis de me rapprocher du monde littéraire - j'ai beaucoup écrit - , celui que j'ai laissé au profit de ce monde où l'homme n'a plus sa raison d'être ; réduit au millimètre près à une machine. Ce monde méfiant envers les autres et les immigrés , flirtant avec le racisme et la xénophobie. bref, ce monde qui dégoûte ! Les vacances m'ont permis de réfléchir et de jeter les bases d'une nouvelle aventure : On peut voir loin et commencer à travailler aujourd'hui.

    Bonne rentrée à tous !

       Fridolin Delmach MAKOSSO