peter_bossmanUn jour, pas si loin , on oubliera le racisme, la xénophobie . Et l'histoire retiendra surtout que  ce début de millénaire a souverainement redistribué les chances à la " peau noire " ; ensemble leurs carrières deviennent possible. Qui l'aurait cru, il y a 47 ans, que le rêve de Martin Luther King devrait être réalité. L'homme qui rêvait d'un monde où  " Nous serons capable / De tailler la montagne du désespoir  / En diamant de l'espoir " ..." Nous serons capable de changer / Dans notre nation / Le son de la discorde / En une merveilleuse / Symphonie de fraternité. Je voudrais dire , surtout à mes amis du continent africain , à tous ceux qui croient en leur rêve, que " Yes we can ".

  Comme tous les jeudis, je reçois mon hebdomadaire d'information " Le Point " . Et, j'oubliais qu'une information était passée sous silence en France. Une belle information concernant  Peter Bossman, premier maire noir élu en Slovenie. Voilà ce qu'on peut lire dans le Courrier des Balkans :

   " Le second tour des élections municipales en Slovénie fait couler de l’encre dans la presse internationale. Et pour cause, la ville côtière de Piran aura à sa tête un maire noir ! Une première dans cette région d’Europe où les gens de couleurs ne font pas vraiment partie du paysage quotidien. Ils sont en effet une poignée de Noirs à être restés dans les villes de leurs études, où les avait conduits dans les années 1970, les chemins hasardeux de la politique du non-alignement. Bref, les médias étrangers ont déjà surnommé le nouveau maire, l’ « Obama de Piran ». Encore faut-il préciser – pour souligner l’originalité ou le mérite du nouvel élu, selon le point de vue - qu’à la différence de l’occupant actuel de la Maison blanche, Piran a à sa tête un Africain venu d’Afrique, un « authentique noir » pourrait-on dire. Et sa biographie de le prouver. Peter Bossman a aujourd’hui 54 ans ; il est arrivé en Slovénie en 1977 pour y faire des études de médecine qu’il a achevées en 1985 à l’université de LjubljanaLjubljana. La même année, il a épousé Karmen Lakovič, également médecin, avec laquelle il a eu deux filles. Le nouveau maire de Piran affirme se sentir slovène même s’il n’est jamais parvenu à maitriser couramment la langue. Il ajoute toutefois que certains souvenirs et saveurs de son Ghana natal lui manquent mais qu’il essaie de se rendre dans son pays d’origine au moins une fois tous les deux ans pour visiter la famille et ne pas complètement couper les ponts.

Mais que dit le maire lui-même de sa victoire ? Que c’est avant tout le signe que la société slovène a évolué et qu’elle est profondément démocratique. « Certes, quand je suis arrivé en Slovénie, je sentais bien que certaines personnes m’évitaient, mais les choses ont évolué depuis une quinzaine d’années. Et puis mon élection est la preuve que les gens ne me considèrent plus comme un Noir ou un médecin étranger mais comme un bon médecin et tout simplement comme un homme ».

   De par cette élection, on remarque que le temps du monde ne nous appartient plus . L'homme n'est plus le chef de l'endroit qui l'a vu naître. Il devient citoyen du monde - comme aime à le dire mon ami Franck Poaty - . Mais cela n'exclut nullement le besoin de vivre nos rêves et d'en faire réalité. Seuls les français de la Bretagne, bien avant les autres avaient compris que l'essentiel était de recueillir les fruits de la vertu  en élisant le Franco-Togolais Kofi Yamgnane  maire de Saint-Coulitz  ( dans le Finistère ) . Aujourd'hui , d'autres régions françaises traînent encore le pas. Pas un noir à l'horizon - Peut-être doit-on attendre quelques années avant de voir un maire noir à Albert, dans la Somme. Un point que je développerai prochainement - . Si les Etats-Unis d'Amerique sont aujoud'hui le symbole d'une intégration réussie, c'est parce que ce pays a su donner la chance à tout le monde ; et , il  a prescrit des remèdes de cheval à un peuple admirable dans l'adversité, quoi qu'ailleurs le spectacle soit moins rassurant !

" Ne laisse jamais quelqu'un te dire tu ne peux faire quelque chose...Si t'as un rêve, tu dois le protéger. / Parfois les gens sont mauvais dans une chose et te diront laisse tomber.../Si tu veux quelque chose, tu peux l'avoir.../ Point final ! "  Chris Gardner, à la recherche du bonheur

         Fridolin Delmach TCHEKHOV