L'évidence, la certitude absolue que chaque chose a un sens - le titre du livre de J-P Brébion - que tout ce qui nous arrive de mal et de bien ici bas était écrit là-haut  - Jacques le fataliste, Denis Diderot - . Est-ce vrai ? Sommes-nous des pions, des marionnettes de l'histoire ? Ou  sommes-nous le maître ou le possesseur de l'univers ? Sur toutes ces interrogations, chacun choisit la part qui lui revient. Mais en cette période de grandes chaleurs, chaque famille a choisi son angle d'attaque. Celles mentionnées ci-dessous ont donné un autre sens à la vie:  Mourir que vivre.                                                                                                                                                       

  L'été, une saison appréciée par tous. Et pourtant, derrière ce décor idyllique qu'offre cette saison, se cachent des drames presque inexplicables; même les spécialistes des maladies comportementales ne trouvent peu d'issue. Dans sa livraison du 25 juillet 2012, le magazine " le nouveau détective " dresse un portrait saisissant des drames que la France a connus du 16 au 18 juillet.  En trois jours - peut-on lire dans ce magazine -  huit morts dont quatre jeunes enfants ont été victimes de la folie meurtrière de leur parents. Le premier drame se déroule à Vertou, une commune tranquille de Loire-Atlantique. Dans cette ville habitait une famille sans histoire, menant une vie discrète sans trop se mêler au voisinage ; jusqu'au jour où la jeune mère, Isabelle se sentant " presque inutile "  dans ce monde décide avec force et courage de mettre fin à sa vie en s'enfermant à double-tour dans sa salle de bains... Elle était là, gisant dans le sang, le corps lardé de coups de couteau. Morte. Peu avant, Isabelle avait pris le soin d'éliminer  sa fille, tranquillement qui gisait,elle, en sang dans sa chambre.

       Le deuxième fait de cette effroyable série noire se passe à Auxerre où un père de famille décide de tuer femme et enfants pour se libérer certainement des vicissitudes de la vie. L'homme, ne voulant pas mourir tout seul, accompagne dans son carnage la pauvre grand-mère, qui n'avait rien démandé.  Là aussi, on ignore les raisons de cette folie. Et pourtant, comme dans tous les drames,cette famille était unie, heureuse. Des problèmes d'argents ? , le père de famille se sentait-il menacé au boulot ? en tout cas, il est parti avec ses vérités.

    Le dernier fait vient de Nice. Une femme, d'un certain âge tue sa fille et appelle à l'aide...( la suite on peut la lire dans le " nouveau détective n° 1558 ".

   L'envie de retranscrire tous ces faits, vient du fait que depuis un certain temps on constate une recrudescence des faits divers. Certains font l'actualité et d'autres passent sous le silence de l'éternité. Une seule chose est sûre, il y a un vent de folie meurtrière qui souffle dans ce monde. Même si tous ces faits n'ont pas de liens directs entre eux et n'obeissent nullement aux mêmes causes. Mais derrière ces tristes hasards, il y a un problème de mal être qui ronge tous ceux qui nous entourent : voisins, copains, copines, parents...Tous devrons lutter contre ces pulsions de mort qui nous envahissent. Le monde devient-il fou?  Comme l'a si bien écrit Vincent Sénécal , journaliste qui a mené l'enquête : " sommes-nous entrés dans un monde si désespéré que les incertitudes liées à l'avenir brûlent tout espoir de vivre heureux? Ou ces tragédies sont-elles l'aboutissement de dérives personnelles, cocktails où se mêlent la solitude, la mélancolie ou la folie? A ces dernières questions, malheureusement, personne ne sait répondre, et chacun reste pétrifiés devant ces tragédies. Elles révèlent une vérité terrifiante : Le malheur peut venir frapper à chaque porte. "

 

 

      Fridolin MAKOSSO